Diablo 3 : la beta ouverte




Joueur de Diablo 2 depuis de longues années, j’attendais Diablo 3 de pied ferme sans pour autant savoir si je serai ou non de l’aventure… La beta ouverte a été pour moi l’occasion de découvrir ce nouvel opus et de décider de l’avenir de ma relation future avec lui.

Un test court mais intense



L'écran de connection... Entrons dans le combat contre le mal

4 jours de bêta ouverte… c’est vraiment court, il va donc falloir être plus que « performant » pour tester la bêêêêête mais après tout, je suis un Super Héros donc rien ne m’est impossible (Euh non Jabu, tu n’es pas sur Champions Online là) ! Les deux premiers jours, j’ai eu l’impression que le stress test que voulait réaliser Blizzard était en fait un test du stress des joueurs : les erreurs de connection se suivent et s’enchaînent. Impossibilité de se connecter, serveur indisponible, déconnexion… que du bonheur ! 3e jour, je ne baisse pas les bras et décide de me reconnecter et là… miracle !

Me voici donc sur l’écran de création de personnage, quelle classe vais-je essayer ? La sorcière de Diablo 2 avait ma faveur, je décide donc de faire ici aussi une sorcière. Choix du sexe, du nom et c’est parti, à l’attaque ! Tremblez démons, Astrée arrive pour vous botter le train (ou ce qui y ressemble dans votre « anatomie »).


Les premiers pas


Dès l’arrivée en jeu, l’interface typique de Diablo est là : une attaque sur le clic droit et une autre sur le clic gauche de la souris. Une orbe rouge à gauche pour indiquer la vie et une orbe à droite pour indiquer l’énergie utilisée pour lancer les différentes compétences.


L'interface classique de la série des Diablo mais revisitée pour le 3e opus.

Cette énergie est de nature différente selon la classe : énergie arcanique pour la sorcière, mana pour le féticheur, fureur pour le barbare, esprit pour le moine et haine/discipline pour le chasseur de démons. Ces 5 formes d’énergie font donc que les potions de mana si souvent utilisées dans Diablo 2 ont tout simplement disparu. Mais dans ce cas, comment récupérer cette énergie une fois qu’on l’a utilisée ? Et bien c’est un peu compliqué je dois dire… mais pour faire court, d’une manière générale les compétences sur le clic gauche de la souris servent à récupérer cette énergie (ou ne coûtent rien du tout si l’énergie se régénère toute seule).
Les potions de vie utilisées pour récupérer de la santé dans Diablo 2 sont quant à elles de retour. Néanmoins, elles devront être utilisées avec parcimonie car vous n’en trouverez pas aussi souvent que dans le précédent chapitre. Seconde différence sur les potions de santé, celles-ci possèdent un temps de recharge. Il n’est donc plus possible de boire des potions de manière quasi continue pour rester en vie face à un gros assaut.


La mort arrivera très vite si vous n'y prêtez garde.

Puisque nous parlons des potions de vie, il faut aussi parler de celle qui leur est intimement liée : la mort. Eh oui, tôt ou tard, vous y serez confronté. Lorsque votre personnage décède, vous êtes renvoyé au dernier point de sauvegarde que vous aviez activé dans votre périple (ils ne sont pas signalés physiquement sur la carte, mais un message sur l'écran vous indique que vous en avez activé un). A partir du niveau 10, il faudra vraiment faire attention à vous car chaque mort appliquera un malus sur la durabilité de votre équipement. Et une fois que celui-ci atteint zéro... il faudra tout renouveler !


A la recherche de la lumière dans les ténèbres


Mais revenons-en au jeu… Attention, ce qui suit dévoile de nombreux éléments de l'histoire du jeu. Si vous ne voulez rien savoir de l'histoire il vaut mieux que vous passiez cette partie.

J’arrive sur un chemin à proximité de la Nouvelle Tristram et au bout de seulement 3 pas, je suis tout de suite dans l’action : les premiers morts-vivants à dégommer sont là et bloquent l’accès de la ville. Quelques sorts bien sentis et les portes s’ouvrent.

La première quête arrive. Il faut aller retrouver Léah, la nièce adoptive de Deckard Cain, à l’auberge du Veau Egorgé (charmant comme nom !). Léah a survécu à la chute de la météorite sur la cathédrale de Tristram et était avec son oncle au moment de l’impact (toute cette partie de l'histoire est développée dans la cinématique d'introduction du jeu qui n'était apparemment pas disponible lors du test mais que vous pouvez regarder ici en anglais). Elle est retournée en ville chercher de l’aide pour aider à sauver Cain qui est toujours en vie selon elle. Il faudra donc le chercher dans les couloirs qui serpentent sous la cathédrale.


Après avoir déambulé dans les niveaux souterrains de la cathédrale, je retrouve enfin Deckard Cain mais celui-ci est poursuivi par les « hommes de main » de Leoric, le roi squelette. Les oppresseurs tombent très vite en poussière sous mes coups et Cain m’apprend que Leoric est de retour et doit être arrêté. Afin d’y arriver, il me charge de retrouver la couronne de ce roi déchu et me voici donc parti à la recherche dans les différentes cryptes du cimetière.


Une fois la couronne retrouvée, elle doit être légèrement modifiée par le forgeron de Nouvelle Tristram et cette fois, je m’enfonce dans les profondeurs de la cathédrale pour en finir avec le roi squelette. Au cours de mon périple souterrain, je rencontre des sorciers en train d’expérimenter leurs sorts sur un templier. C’est tellement plus simple à 6 contre un… Permettez-moi de rééquilibrer un peu les forces !
A l’issue du combat, le templier me rejoint en tant que mercenaire. Un allié n’est jamais de refus, autant en profiter.


Les niveaux souterrains de la cathédrale défilent petit à petit et j’arrive enfin devant le roi squelette. Si jusqu’à présent je n’avais pas eu trop de difficultés à venir à bout des ennemis, ce combat qui s’annonce est loin d’être gagné d’avance.
En effet, le Roi squelette est un boss et il mérite bien son rang : sa puissance de frappe est loin d’être négligeable et le combat est l’occasion d’utiliser un peu toutes les compétences de mon personnage. Après plusieurs tentatives (la mort est venue plus d'une fois avant que je trouve une stratégie !), le Roi squelette mord la poussière et un message annonce sur l’écran que je viens de terminer le contenu de la bêta de Diablo 3. Quoi, déjà ?


Un petit bilan


Cette bêta ouverte m'a permis de découvrir Diablo 3. Une chose est sûre, nous sommes bel et bien dans l'univers Diablo : l'interface avec ses deux orbes, l'ambiance oppressante et lugubre, les couloirs souterrains, les niveaux générés aléatoirement, tout est là pour nous le rappeler.


Les voyages en téléporteur sont toujours là.

Par ailleurs les références aux deux précédents opus sont très présentes et raviront les accros de la licence.
Néanmoins j'ai été un petit peu déçu au premier abord par le système de compétences et de gestion du personnage. Dans Diablo 2, la maîtrise du personnage pouvait se faire sur le choix des compétences apprises et la répartition des points de caractéristiques (même si bien souvent il n'y avait que 2 ou 3 compétences qui ressortaient du lot). Ici ce n'est plus le cas : deux personnages de la même classe et de même niveau auront exactement les mêmes compétences et caractéristiques. Mais avec la possibilité de choisir ses compétences actives (donc son build), il est difficile de se retrouver avec deux personnages identiques. Par ailleurs, les dégâts des compétences sont exprimés en pourcentage des dégâts de l'arme et ont des valeurs assez proches ; il n'y a donc pas de compétence de-la-mort-qui-tue et donc tous les builds sont réellement jouables.

Les amateurs des chapitres précédents ne seront pas dépaysés avec les différents modes de jeu disponibles (partie en joueur unique ou en multijoueurs à 4 maximum), mais les amateurs d'affrontements entre joueurs ne seront pas laissés pour compte car des arènes seront aussi disponibles mais elles ne pouvaient pas être essayées durant ce beta test.
Le jeu en solo m'interpelle un peu... En effet pour jouer à Diablo 3, il est obligatoire d'avoir une connexion internet mais quel en est l'intérêt pour le jeu en solo ? Pourquoi ne peut-on pas jouer tranquillement en local sur sa machine ?

En conclusion, cette phase de beta test ouvert bien que courte et limitée en contenu (et en niveau) permet de bien se rendre compte de ce qu'est Diablo 3. Les joueurs découvrant pour la première fois les terres de Sanctuary entreront sans difficulté dans l'histoire et les accros de l'univers seront comblés car tout ce qui a pu faire le sel des deux précédents opus est toujours là, même si la personnalisation du personnage n'est pas aussi poussée que dans Diablo 2.

Les plus :
  • L'ambiance
  • L'histoire qui s'inscrit dans la continuité des deux précédents volets
  • Le système de build
  • L'aspect stratégique dans la gestion de "l'énergie"
  • La qualité graphique des décors

Les moins :
  • La durée courte du test qui ne m'a permis de tester qu'une seule classe de personnage
  • L'uniformisation des compétences disponibles pour chaque personnage à classe et niveau égaux
  • La qualité graphique du personnage, pas loin de celle de Diablo 2 par moments (alors qu'il y a 12 ans d'écart)

Cet article a été vu 3601 fois

Diablo et Blizzard Entertainment sont des marques
ou marques déposées de Blizzard Entertainment , Inc. aux USA et/ou dans d'autres pays.
Toutes les autres marques commerciales et/ou déposées appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Copyright © 2009 Univers Virtuels pour le contenu du site.
Design : Lord Coxie Template: Cypher, Code: JB